Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 01 février 2008

Une chouette soirée

 
604abb265f7f3efa7329a4c82424976b.jpg

Mauvaise soirée l'autre jour. En rentrant, ma compagne a découvert l'état de sa brosse (voir note précédente) et m'a froidement déclaré que ce n'était "même plus la peine de lui adresser la parole". De mon côté, le midi, j'avais dû aller chez un toubib près du boulot pour mon ongle. Mal m'en avait pris. C'est un charcutier, un grand malade; il a souri quand il a raté la piqûre d'anesthésie. "C'est rare, mais ça arrive", il m'a dit. Après il s'est éclaté avec ses outils de torture. Bref, j'ai douillé.
Nous avons boudé toute la soirée chacun dans son coin. Moi clopin-clopant et souffrant la martyr parce que le chien a eu la bonne idée de se jeter subitement sur mon pied bandé - il a dû croire que je voulais jouer  à un nouveau jeu ce con -, elle les cheveux en pétard et "complètement foutus" parce qu'elle avait vaille que vaille utilisé son râteau sa brosse après le bain qu'elle avait pris pour se détendre.
Il n'y a pas eu non plus de réconciliation sur l'oreiller. Alors que je tentais une timide mais courageuse approche, elle m'a lancé, très dure : "Tu peux aller te brosser." Je ne sais pas si c'était de l'humour.

(Rue Ordener, Paris 18)

Les commentaires sont fermés.