Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 29 mai 2008

Une histoire de fou - 19 -

Clémentine,

D'accord tu voulais me faire une surprise. Mais vouloir sortir la voiture du garage alors que tu n'as plus conduit depuis 20 ans, avec un coup dans le nez, ce n'était pas une bonne idée. Bon, pour la voiture, tant pis, on verra bien quand je reviendrai. Surtout n'y touche plus. Elle est bien dans le garage ; elle va sécher. Heureusement que personne n’est passé dans la rue à ce moment-là. Quant au chien du voisin, ni vu ni connu, je l'ai balancé dans le premier champ que j'ai trouvé. Je ne sais pas ce qu'il faisait là ; c'est curieux qu'un aveugle ne fasse pas plus attention à son compagnon. Par contre, je ne sais pas quelle tête va faire le maniaque d'en face quand il va rentrer de vacances... Passe encore la trouée dans la haie... Mais c'est le jardin… il a subi un sérieux lifting. « Mon petit Versailles » qu'il disait. C'est Versailles-chantiers maintenant (Ah ! Ah ! Tu vois, même avec cette avalanche de coups durs qui nous tombent dessus, je garde un solide sens de l'humour). Faut dire que le dépanneur en a bavé pour sortir la voiture de la piscine.  Remarque, avec les billets que je lui ai glissés dans la poche pour qu'il se taise...Le pire, c'est quand il s'est embourbé avec son gros 4x4 et qu'il a voulu utiliser son treuil ! L'arbre centenaire n'a pas résisté. Les colonnes romaines non plus, ni la sculpture, mais ça c'était sûr. Simplement il devenait enragé. La fierté tu comprends. Heureusement que j'ai pensé à débiter la cabane de jardin et glisser les planches sous les roues. J'ai l'impression que personne ne nous a vus et qu'on n'a pas laissé de traces ; enfin je veux dire dans la rue. Avec un peu de chance, le maniaque ne saura jamais ce qu'il s'est passé. Ça va lui rappeler les bombardements de 39. Il nous a assez saoulés avec ça. Bon, sinon je suis bien arrivé au Tréport. Mais je ne peux plus m'asseoir. Forcément, 10 heures de vélo, quand on n'a pas l'habitude... Surtout que j'avais le clébard sur le porte-bagages au début. Il pesait une tonne ce veau. J’étais drôlement content de m’en débarrasser. Sauf que la roue arrière était complètement voilée ; j’avais l’impression d’être sur un manège. Sur 150 bornes, c’est un peu longuet… Bon, on se tient au courant. Pas de panique, on va s’en sortir.

Les commentaires sont fermés.