Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 21 janvier 2010

Punaise

Lundi 18 janvier. J'appelle le service technique pour voir s’il est possible d’installer un tableau d'affichage en liège sur le mur, derrière mon poste.
"Le tableau, vous l'avez ?"
Je réponds gentiment que non, que c’est pour cela que j’appelle. On m’explique alors que je dois contacter l’atelier, et après – "et seulement après "–, les rappeler pour qu’ils lancent la procédure d’installation d’un panneau. Appel à l’atelier. Oui, ils fournissent le matériel, mais je dois passer la commande par Intranet. Envoi de la commande par Intranet. Appel de l’atelier qui me demande si je connais les dimensions et les caractéristiques du panneau. Je réponds que non, qu’il me faut juste un panneau d'affichage tout simple, en liège, de taille moyenne.
"Tsss, Tsss, ce n’est pas comme cela que ça se passe." Je dois descendre à l'atelier  pour choisir dans le catalogue.
- D’accord, j’arrive.
- Tsss, Tsss, il faut prendre rendez-vous.
- D’accord, prenons rendez-vous.
- Attendez... Je regarde... Hum... 10 h 45, ça vous va ?
Il est 10 h 40.
- D’accord, je descends."
Choix du panneau dans le catalogue. Tout simple, en liège, de taille moyenne. Je dois maintenant revenir les voir avec la commande signée par mon chef de service. Visite dans son bureau. Il signe le papier, en précisant toutefois dans un post-scriptum qu’ « il serait judicieux de vérifier dans un premier temps qu’il n’y ait pas un panneau disponible dans un des bureaux non utilisés. » Je descends à l’atelier avec mon sésame. Ils doivent faire une demande auprès du service technique des clefs des bureaux vides.
Depuis, rien. J’attends. J’ai cru comprendre qu’une des clefs a été perdue par l’atelier. Et que ça paralysait tout le circuit.
Je crois que j'irai acheter les punaises au Leclerc.

Écrire un commentaire